Sale temps pour les jeux d’argent en ligne…

sale-temps-pour-les-jeux-argent-en-ligne

Les jeux d’argent en ligne ne sont pas toujours un passe-temps de tout repos, surtout quand les joueurs décident de franchir la ligne rouge…

Récemment, plusieurs affaires concernant des casinos en ligne ont défrayé la chronique. Des faits qui n’ont, une fois de plus, pas redoré le blason des opérateurs et des joueurs. Petit tour d’horizon de ces news qui ont malheureusement apporté encore un peu plus d’eau au moulin des opposants aux jeux d’argent virtuels…

Quand les forces de l’ordre franchissent la ligne rouge

L’affaire la plus capiteuse de ces dernières semaines est sans doute celle impliquant des policiers belges, joueurs à leurs heures perdues. Jusque-là, rien de bien choquant. Chacun a le droit de taquiner la chance sur les sites agréés, à condition de n’être ni notaire, ni huissier… ni policier ! Car en Belgique, la loi interdit à tout professionnel de justice de pratiquer ce genre d’activités. Mais alors, comment ces agents de police contournaient-ils cette interdiction afin de pouvoir s’adonner à leur passion sans éveiller les soupçons ? Puisque leur numéro d’enregistrement national les blackliste d’office ? Tout simplement en jouant avec des noms d’emprunt. Du côté d’Anvers, une trentaine de flics seraient ainsi impliqués dans cette usurpation d’identité. Pire encore : certains alimentaient leur compte-joueur en extorquant de l’argent à des personnes en situation irrégulière. Cerise sur le gâteau : beaucoup auraient joué pendant leur temps de travail. Si l’implication de ces policiers « ripoux » est incontestable, reste à savoir si les casinos en ligne seront eux-aussi mis en cause pour négligence dans cette affaire…

Les paris truqués n’ont pas épargné le tennis

Vaste sujet que sont les paris sportifs truqués. Football, handball… et plus récemment tennis : aucun sport ne semble épargné par cette calamité. La dernière affaire remonte à la fin de l’été. En effet, un joueur mondial ukrainien est suspecté d’avoir modifié le cours d’un match en échange de 2 000$. Il est, depuis, sous le coup d’une enquête. Mais il semblerait que son cas soit loin d’être isolé, surtout concernant les compétitions de moindre envergure. Car les récompenses plutôt modestes incitent à quelques petits écarts de conduite. Plusieurs joueurs belges ont d’ailleurs confirmé avoir déjà été approchés anonymement, dans ce but (= perdre contre de l’argent).

Un organisme de crédits responsable de l’addiction d’un joueur en ligne ?

C’est la ligne de défense de ce joueur compulsif qui accuse les organismes d’emprunt et les casinos en ligne d’être la cause de sa dépendance aux jeux d’argent. Une histoire qui a fait grand bruit dans la presse et sur la Toile. Tout a débuté par une mauvaise passe : ce gérant de société commence à jouer en ligne pour oublier ses difficultés passagères. Et c’est alors le doigt dans l’engrenage, avec des dizaines de milliers d’euros dépensés. Rien que sur un seul site, le joueur perd en un an 81 000€ de dépôts. Pour continuer à miser toujours plus, il contracte même des crédits d’emprunt auprès d’un organisme financier, pour un montant total de 42 000€. Bref, après avoir pris conscience de sa compulsion, qui a débouché sur un divorce, le joueur décide de passer à l’acte. Comment ? En attaquant en justice l’organisme de crédits ainsi que la société gérant le site de jeux d’argent (car le support continue toujours de le relancer, via d’alléchants bonus). Bref, affaire à suivre… car son issue pourrait bien motiver d’autres joueurs.

Avis des Joueurs

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mot de passe oublié ?

/ Inscription